31 déc. 2011

[article tansféré] La Déclaration, L'histoire d'Anna - de Gemma Malley


 


La Déclaration - L'histoire d'Anna
  Gemma Malley
Edition Naïve
2007
16€

Angleterre 2140,
Les adultes peuvent choisir de ne plus mourir s'ils renoncent à faire des enfants. Anna vit depuis presque toujours au Foyer de Grange Hall, un pensionnat pour les Surplus, des enfants qui n'auraient pas dû naître, des enfants dont les parents ont défié la loi en les mettant au monde. Anna n'a plus de parents désormais. Confiée dans l'enceinte du pensionnat, elle travaille très dur, pour effacer leur faute.
Anna a tout oublié de son passé. Jusqu'au jour où arrive un jeune garçon qui semble la connaître. Mais qui est ce Peter ? Pourquoi ne la laisse-t-il pas tranquille ? Et pourquoi elle, Anna, se sent-elle soudain si troublée ?
A travers l'incroyable histoire d'Anna, et au fil de son carnet, son seul confident, un roman boulversant sur la vitalité de l'adolescence.

Mon avis

Dès les premiers chapitres, j'ai été indignée par le sort des Surplus, ces enfants qui n'auraient pas dû naître. Le sort qu'on les oblige à s'infliger : ils se déconsidèrent eux-même, ils haïssent des gens - leurs propres parents ! - qu'ils n'ont presque jamais connu. Ils sont totalement endoctrinés, comme le dit si bien Peter. De bons petits esclaves !

J'ai été également indignée par la haine viscérale que les Légaux portent aux Surplus alors qu'ils ne les connaissent pas. Enfin, ils les connaissent seulement par le portrait que le gouvernement leur donne. Ils sont manipulés. Ils ne se rendent pas compte de leur absurdité. Comment en vouloir à un nouveauté-né de respirer le même air qu'eux sous prétexte qu'ils étaient là avant ? Ce sont eux, les Légaux qui sont une insulte à Mère Nature !

Parlons maintenant des personnages qui composent cette histoire. Il y a bien entendu Anna. Anna Covey et non Surplus Anna. Elle a le droit de vivre, elle-même finit par s'en rendre compte. Je l'ai aimé pour ses remises en question, ses doutes, ses choix. J'ai aimé sa découverte de l'amour qu'elle porte à Peter, surtout ses pensées à ce moment-là : "Surplus signifiait en trop. Superflu. Or vous ne pouviez pas être de trop quand quelqu'un avait besoin de vous. Vous ne pouviez pas être un Surplus quand quelqu'un vous aimait." Quand à Peter, on s'attache à lui et je pense qu'on admire tous son combat et ses convictions. J'ai beaucoup aimé Mrs Sharpe et le courage dont elle fait preuve.
Reste deux personnages que je voudrai évoquer : tout d'abord Mrs Pincent. La terrible et inhumaine Intendante de Grange Hall ! Inhumaine... finalement elle ressemble plus à un être humain brisé et trahi quand on connait son passé. On comprend sa peine et ses motivations. Même si elle demeure totalement horrible ! Puis, il y a la petite Sheila, pour qui on a beaucoup de peine. C'est vrai, c'est injuste ce qu'il lui arrive ! Mais elle devient mesquine, et fait des choses qu'on a du mal à interpréter...

La Déclaration - L'histoire d'Anna me rappelle la trilogie Méto d'Yves Grevet (les jeux barbares des enfants, les classements, les punitions et le règlement de la Maison présente des similitudes avec celui de Grange Hall) et au Combat d'hiver de Jean-Claude Mourlevat...

C'est la première fois que je rédige un avis, pardonnez mes maladresses s'il y en a...

1 commentaire:

  1. Totalement d'accord avec toi, Elu'

    C'est vrai que Mme Sharpe est admirable, malgré le fait qu'elle finit par céder.
    Personnellement, au début du roman, Mme Pincent m'horrifiait. Quand on voit ce qu'elle est capable de faire, ça fait vraiment peur. Mais après avoir appris son passé et ce qu'elle fait contre son ex-mari, elle me fait seulement immensément pitié.
    Quand à Sheila, je ne sais pas trop quoi en penser. On aurait tendance à la plaindre, c'est vrai. Mais ce journal intime qu'elle donne à Mme Pincent... Franchement, je n'arrive pas à la "cerner" Mystère... ^^

    Moi aussi, ce livre me fait vraiment penser au "Combat d'Hiver" :)

    RépondreSupprimer

Entrez dans la Ronde... n'hésitez pas à laisser un petit commentaire, je suis toujours ravie de vous lire !