18 oct. 2017

Béatrice l'Intrépide et les Bergères Guerrières, les Mérida de la littérature jeunesse


L'aviez-vous remarqué ? Les séries fantastiques et d'aventures pour les jeunes lecteurs sont très  nombreuses. Parmi les plus populaires, on peut citer La cabane magique (Mary Pope Osborne, Bayard), L'enfant dragon (Éric Sanvoisin, Auzou), Malenfer (Cassandra O'Donnell, Flammarion), Les dragons de Nalsara (Marie-Hélène Delval, Bayard), Wonderpark (Fabrice Colin, Nathan)Animal Tatoo (Collectif, Bayard)... Ces séries ont pour personnages principaux une paire de frère et sœur ou un groupe de jeunes gens. Mais ce sont souvent les personnages masculins qui mènent la danse ; ce sont eux les élus de la prophétie ou ceux qui prennent la décision de partir à l'aventure.

C'est alors que débarque Béatrice !

« Il était une fois une jeune et belle héroïne qui répondait au doux prénom de Béatrice. Comme elle trouvait ce doux prénom un peu court, ce qui peut se discuter, et afin de se distinguer des autres Béatrice de la profession, elle avait eu l'idée de se choisir un surnom. Une longue recherche dans le dictionnaire l'avait finalement décidée pour l'Intrépide. »

Ainsi commencent les aventures de Béatrice, une courageuse héroïne en quête d'exploits. Accompagnée de sa jument Véronique, elle défend la veuve et l'orphelin, découpe les dragons en fines tranches, gère sa compta et sauve les princesses. C'est lors d'une de ses missions, où elle vole justement au secours d'une princesse verte, qu'elle entend parler d'un prince maudit à marier. Piquée par la curiosité, elle se rend au palais pour rencontrer ce drôle de bonhomme, avant de croiser la route dans une deuxième aventure le diable en personne. 

Le premier tome de Béatrice l'Intrépide se découpe en deux histoires distinctes alors que le second se tient en une seule. Dans ce dernier, Béatrice se retrouve flanquée de l'envahissant François, joueur de fifre de l'armée tombé follement amoureux d'une princesse aperçue en quinze secondes chrono. Il est si envahissant qu'il partage même le titre du livre avec notre héroïne : Béatrice l'Intrépide et le délicieux François les Bas Bleus. Lâche, empoté et guère malin, il s'acoquine avec le diable pour tenter de séduire sa belle (mais il a peine à comprendre que malgré tous ses efforts, ses sentiments ne seront pas forcément partagés). Pendant ce temps, Béatrice continue le massacre de diverses créatures tout en pestant contre les deux compères qui au final ne font pas grand-chose de leurs journées. 

Les aventures de Béatrice sont narrées avec force de détails, dans un style délicieusement médiéval. Certes, il y a quelques anachronismes (notre héroïne a un téléphone portable pour prendre ses missions), mais qu'importe ! cela participe au charme de l'histoire. C'est un personnage féminin fort ; elle est le résultat du défi que s'est lancé son auteur, Matthieu Sylvander, après qu'on lui ait fait remarqué qu'il accordait peu de place aux filles dans ses histoires. Perceval Barrier illustre cette histoire, donnant de bonnes bouilles aux personnages (le diable en survêtement est génial !). Le tout donne une petite série médiévale fantastique délicieux, drôle et qui donne envie d'enfourcher son cheval pour partir à l'aventure ! 

Sorti au début de l'été 2017, le premier tome de la bande dessinée Bergères Guerrières a des personnages proches de Béatrice. La plupart sont des femmes des guerrières pleines de bravoure. Cependant, alors que notre aventurière rousse n'a aucune attache, elles ont dû dire adieu à leurs maris, frères et fils partis à la guerre des années plus tôt. Pour défendre leur village, elles n'ont pas eu d'autre choix  que d'apprendre à se battre. Ainsi est né l'ordre des Bergères Guerrières, que la jeune Molly rêve de rejoindre. C'est vrai qu'elles ont fière allure, ces combattantes, montée sur leurs moutons géants ! Le scénario est signé Jonathan Garnier (Momo) et les dessins Amélie Fléchais (L'Homme montagneChemin perdu).

Si le monde de Béatrice tend vers le médiéval français, celui des Bergères Guerrières est davantage d'inspiration celtique ou viking, avec une touche de fantastique. On ignore tout de la guerre qui a emporté tous les hommes. Le plus important est de voir comment s'organisent les Bergères ; elles remplissent les rôles traditionnellement assignés aux femmes (tenir le foyer, éduquer les enfants) comme ceux aux hommes (protéger le village, s'entraîner au maniement des armes, garder les moutons) et s'en tirent bien. Elles forment toute une galerie de personnages touchants et admirables.

Nous avons Molly, rouquine intrépide, certes avec un caractère bien trempé mais déterminée à s'améliorer pour être digne des Bergères Guerrières. Son meilleur ami, Liam, aimerait aussi rejoindre cet ordre. Il fait partie de la jeune génération qui n'a jamais connu son père et cherche par tous les moyens à se rendre utile. Les hommes sont à l'arrière-plan, ce ne sont pas eux les héros de cette histoire (pour une fois !). Mais ils souffrent eux aussi de la guerre qui les a privé de figures masculines de référence. Certains, comme Liam, ont trouvé dans les Bergères Guerrières des héroïnes à admirer, mais d'autres ne parviennent pas à accepter qu'ils n'ont plus la place dominante dans le village. 

Tout ça pour dire que si vous cherchez des récits d'aventures pour enfants avec enfin des personnages principaux féminins loin des clichés habituels, Béatrice l'Intrépide et Bergères Guerrières sont pour vous ! 


Béatrice l'Intrépide et Béatrice l'Intrépide et le délicieux François les Bas Bleus de Matthieu Sylvander (texte) et Perceval Barrier (illustrations) • France • L'École des loisirs • 12,50 € • 90 pages • septembre 2016 (tome 1) et août 2017 (tome 2)

Bergères Guerrières de Jonathan Garnier (scénario) et Amélie Fléchais (dessins) • France Glénat • 14, 95 € • 72 pages • juin 2017

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Entrez dans la Ronde... n'hésitez pas à laisser un petit commentaire, je suis toujours ravie de vous lire !