3 juin 2017

Rose givrée et Louis Parmi les Spectres - des enfants face à l'alcoolisme d'un parent

Trop cool, un nouveau Cathy Cassidy ! Impossible de manquer les couvertures colorées et sucrées des éditions françaises de l'auteure de la saga Les filles au chocolat. Ce nouveau livre met encore en scène une jeune fille de treize ans qui, sous couvert d'histoire d'amour, se retrouve face à des problèmes bien plus grands qu'elle. 

Ici, Jude est confrontée à l'alcoolisme de sa mère.

Jude vit avec sa mère, son grand-père et sa grand-mère. Mais tout n'est pas rose dans sa vie. Sa mamie s'efface doucement face à un Alzheimer important, sa mère boit en cachette et son papy tente de s'occuper tout le monde du mieux qu'il peut malgré sa fatigue et sa vieillesse. Côté paternel, Jude n'est pas non plus dans une normalité ; son père est un sosie d'Elvis Presley un peu ringard.

Jude aime sa famille ; mais elle ne peut s'empêcher d'en avoir honte. Le premier chapitre se passe pendant une réunion parents-profs. Jude avait toujours réussi à dissuader ses parents de s'y rendre. Mais cette année là, sa mère l’embarrasse en racontant à ses profs qu'elle est actrice alors qu'elle est coiffeuse, sa grand-mère est complètement perdue et son père se pointe en combinaison à paillettes d'Elvis. Et tout le monde en est témoin... Pour Jude, qui n'aspire qu'à se fondre dans le moule, c'est trop. On découvre alors son quotidien, les membres de sa famille évoqués juste avant et les relations qu'elle entretient avec eux. Les mensonges de sa mère lui empoisonnent l'existence, la font souffrir et lui font se demander si elle se soucie vraiment d'elle. Jude ne peut confier à personne tout cela, tenant à préserver son image au collège. Cependant quand Carter, un garçon de sa classe, se rapproche d'elle, son armure commence à se fissurer. 

Cathy Cassidy arrive à chaque fois à enrober des sujets (très) difficiles dans une histoire qui pourra séduire tous les lecteurs. Dans Cœur Vanille, elle parlait avec justesse de la désillusion d'une fille qui idéalisait son père, en plus du harcèlement en ligne, dans Rouge Bonbon, l'héroïne apprend à prendre ses responsabilités face à une toute nouvelle petite sœur... La famille est toujours au centre de toutes ces récits. Avec Rose givrée, elle aborde le sujet tabou de l'alcoolisme chronique d'un parent. Rarement mis en scène dans la littérature jeunesse, cette dépendance est ici dépeinte avec réalisme. Jude se sent totalement démunie face aux démons de sa mère, mais va finalement trouver de l'aide dans son entourage. Rose givrée nous montre une conclusion où l'espoir se dessine à l'horizon, et offre des clés qui aident ses personnages auxquels les jeunes lecteurs peuvent tout à fait s'identifier. Ce livre, je pense, peut être d'un véritable secours pour des adolescents dépassés par un problème d'alcoolisme d'un proche, et traite son sujet avec justesse. Une réussite !

La seule autre fois où j'avais vu l'alcoolisme évoqué dans un livre destiné à la jeunesse, c'était en lisant le roman graphique Louis parmi les spectres, écrit par Fanny Britt et illustré par Isabelle Arsenault, publié chez La Pastèque. Je l'avoue, ma lecture remonte à quelques mois et j'espère de pas être trop vague dans ce bref avis...

Comme Jude, Louis, 11 ans, a des parents séparés. Son père boit, et quand il boit, il pleure. Lors de vacances à la campagne, chez lui, Louis et son petit frère espèrent retrouver leur papa comme ils le connaissaient. Mais le père n'est plus que l'ombre de lui même, ivre et maladroit, perdu. Louis, de son côté, bafouille quand il tente de s'adresse à Billie, une fille de sa classe, et cherche du courage là où il peut.

Le quotidien de cette famille en pièces est douloureux, mais ne tombe jamais dans le pathos. Tous les personnages sont fragiles, aux prises de leurs propres démons, mais tentent chacun à leur manière de se construire et de grandir. Notre héros apprend à quitter le monde de l'enfance pour découvrir celui, plus dur, des adultes. Ce roman graphique est un beau récit d'initiation, porté par des dessins un peu flous, un peu hésitants, à l'image des personnages. 

Rose givrée de Cathy Cassidy • UK Sundae Girl 2007 • Traduction d'Anne Guitton Nathan Jeunesse • 14,95 € • 264 pages •  juin 2017

Louis Parmi les Spectres de Fanny Britt et Isabelle Arsenault • Québec • La Pastèque • 28 € • 160 pages • octobre 2016

4 commentaires:

  1. Merci pour cette découverte ! J'adore cette auteur et je ne savais vraiment pas qu'elle avait sortie un nouveau roman !

    RépondreSupprimer
  2. J'aime beaucoup cette auteur alors je lirai sans doute ce petit livre :) !!

    RépondreSupprimer

Entrez dans la Ronde... n'hésitez pas à laisser un petit commentaire, je suis toujours ravie de vous lire !