30 janv. 2012

Terrienne - Jean-Claude Mourlevat


Terrienne
  de Jean-Claude Mourlevat
  Gallimard Jeunesse
dépôt légal : janvier 2011
16€

Lu en décembre 2011


Tout commence sur une route de campagne...
Après avoir reçu un message de sa sœur, disparue depuis un an, Anne se lance à sa recherche et... passe de "l'autre côté". Elle se retrouve dans un monde parallèle, un ailleurs dépourvu d'humanité, mais où elle rencontre cependant des alliés inoubliables. Pour arracher sa sœur à ce monde terrifiant, Anne ira jusqu'au bout, au péril de sa vie. Et se découvrira elle-même : Terrienne...
Vous ne respirerez plus de la même manière.


Mon avis

Jean-Claude Mourlevat est un auteur que j'adore ! J'ai dévoré L'enfant Océan, La rivière à l'envers, La balafre, mais surtout Le combat d'hiver. J'attendais de pouvoir lire Terrienne depuis longtemps et l'occasion s'est enfin présentée avec la venue du Père Noël !
Bref, comparé au Combat d'hiver qui a été un véritable coup de cœur pour moi, je n'ai pas été totalement prise par Terrienne. J'ai pourtant retrouvé le talent de conteur de Jean-Claude Mourlevat, mais... il y a quelque chose dont je n'arrive pas à mettre le doigt dessus qui m'a moins plu.

Anne Collodi, une jeune fille de 17 ans attend sur la D8. Etienne Virgil, un écrivain en manque d'inspiration, la prend en stop. Ils parlent, le courant passe entre eux. Arrivée à destination - un panneau où la mention Campagne est notée - Anne s'en va. Quelques jours plus tard, Etienne repasse au même endroit, mais nulle trace du panneau... Comme si Campagne n'avait jamais existé. Il retrouve Anne un peu plus tard. Elle veut retourner à Campagne. Ils retournent au panneau qui a réapparut et "passent de l'autre côté"... Ils découvrent alors un monde où les gens ne respirent pas. Anne est à la recherche de sa sœur Gabrielle, disparue le jour de son mariage, l'année dernière. Mais il y a quelques jours, elle a reçu un message de Gabrielle, un appel au secours.

L'autre monde dans lequel évoluent Anne et Etienne Virgil est blanc, immaculé, propre, aseptisé, transparent, glacial et terrifiant. Les gens là-bas ne respirent pas, ils ne rient pas. Les femmes ne portent pas d'enfants, personne n'est malade. La mort... on préfère ne pas en parler. Un monde peut-être parfait, entièrement géré par des logiciels informatiques. Mais quelques hommes sont fascinés par les Terriennes et les enlèvent.
Heureusement que certains habitants de ce monde sont meilleurs. Je pense surtout à madame Stormiwell, attachante et gentille. Elle est passionnée par les Terriens et prend tout de suite Anne sous son aile.
Anne, parlons-en, est très courageuse. On la comprend.
Etienne Virgil, l'écrivain, me fait sincèrement penser à un ours ! Bourru, mais également attachant !
Bran, personnage important dans l'histoire est mon préféré. C'est un hybride (mère terrienne et père de cet autre monde) gentil, compréhensif et tellement humain.

Un point vraiment négatif que j'ai relevé dans Terrienne : un personnage important meurt au cours de l'histoire. Une page il est là et pouf ! la suivante il a disparut. Je n'avais pas compris qu'il était réellement mort et je guettais le moment où il reviendrait. 

L'écriture de Jean-Claude Mourlevat est fluide, chaque phrase est magnifique ! Dans ce monde blanc, on regrette notre bonne vieille Terre sale, bruyante, mais si vivante. Quand on termine Terrienne, on prend une grande respiration pour savourer l'air dont Jean-Claude Mourlevat nous a privé.

En bref, un magnifique livre ! Mais, d'après, moi, en dessous du Combat d'hiver.


Lire un extrait de Terrienne ici

Une interview de Jean-Claude Mourlevat au Salon du Livre de Montreuil - 2011

3 commentaires:

  1. Pourquoi y a des caractères bizarre un peu partout dans ta chronique ?
    un livre qu'il me tarde de lire !

    RépondreSupprimer
  2. @ Freelfe : je ne vois aucun caractère bizarre... O.o

    RépondreSupprimer
  3. entièrement d'accord même si pour moi c'est en dessous de Le chagrin du roi mort !! ♥

    RépondreSupprimer

Entrez dans la Ronde... n'hésitez pas à laisser un petit commentaire, je suis toujours ravie de vous lire !