7 sept. 2016

Le copain de la fille du tueur - Vincent Villeminot

Bon, j'ai adoré ce livre, mais ce n'était pas gagné au début. Dès la première page, Charles nous présente son pote Touk-E. Tous deux sont pensionnaires dans un institut suisse huppé, rempli de fils et filles d'industriels, de financiers, de célébrités, bref, des grands de ce monde. Charles est à l'écart, fils du prix Nobel de littérature qui se meurt d'un cancer, discret et introverti. Touk-E, héritier pour sa part d'un dictateur africain, va entreprendre de le décoincer, tout en se moquant royalement des règles de l'institut. Ensemble, ils tournent en rond, portent en regard désabusé sur leur condition tout en refaisant le monde un pète au bord des lèvres. Bref, ils sont potes. 

Et moi du coup je m'ennuyais un peu pendant ma lecture. Le résumé nous promet pourtant une histoire d'amour ! Si vous n'êtes pas aussi impatients que moi, les premières pages vous contenteront certainement ; tous ces moments avec le duo Charles/Touk-E sont une grande exposition pour préparer la venue de Selma...

Selma, c'est la fille du tueur, la fille d'un des plus grands trafiquants mexicains. Cachée en Suisse loin de sa famille, elle passe ses journées sous sa capuche, un casque vissé sur ses oreilles. Inaccessible, donc. Mais elle a tapé dans l’œil de garçons et ils sont prêts à tout pour l'approcher. Là, ça commence à devenir intéressant ! Les mystères autour de Selma sont nombreux - et parfois dangereux.
Et à partir de ce moment-là, on va passer par tous les registres ; après s'être tournés autour, Selma et Charles vont vivre une histoire d'amour qui engendre quantité de déclarations magnifiques (mais genre, VRAIMENT magnifiques - Vincent Villeminot nous étonne par sa poésie !). Puis la romance laisse la place au thriller avec le passé de Selma qui la rattrape, tandis qu'arrive une pointe de surnaturel et de fantastique. Eh oui, tout ça en un roman.

L'auteur jongle entre les registres pour nous faire passer d'une émotion à l'autre en un tour de page. La poésie, comme je le disais, est présente, tout comme un certain lyrisme qui côtoie l'action pure. Les personnages ne sont pas en reste : au départ dépeints comme des je-m'en-foutistes, ils vont être propulsés dans le vrai monde, celui des adultes mais surtout celui de la violence. Violence par les actions, mais violence des sentiments. Au fil des mots, leurs caractères évoluent dans ce roman qui devient également apprentissage. Bref, c'est là qu'on se rend compte de l'étendue du génie de Vincent Villeminot.

Donc... comment conclure cette chronique, à part en vous disant qu'il faut se jeter sur Le copain de la fille du tueur ? Je ne peux que vivement vous conseiller de vous plonger dans cette histoire folle, sous tension, hors du temps et magnifique.

Le copain de la fille du tueur de Vincent Villeminot • France • Nathan Jeunesse • 16,95 € • 280 pages • septembre 2016 

4 commentaires:

  1. Eden l'âme des mots7 septembre 2016 à 23:06

    Réseau(x est un de mes coups de coeur de tous les temps et c'est pourquoi j'ai un grand respect pour Villeminot. Je lui fait entièrement confiance et j'ai très envie de découvrir ce nouveau roman ( ainsi que La prochaine fois ce sera toi)
    Merci pour cette chronique qui confirme mon pressentiment !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton passage ! Vincent Villeminot sort aussi Les Pluies, Samedi 14 novembre... bref plein de livres cet automne ! J'espère que tu aimeras autant que moi Le copain de la fille du tueur... ;)

      Supprimer
  2. Ta chronique me donne bien envie de lire ce livre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! J'espère qu'il te plaira si tu tentes une lecture :D

      Supprimer

Entrez dans la Ronde... n'hésitez pas à laisser un petit commentaire, je suis toujours ravie de vous lire !